Comment résoudre le problème de la surpêche

La lutte contre la surpêche est forcément utile pour protéger l’écologie marine. Différentes techniques doivent être envisagées pour lutter contre la surpêche. Si vous avez besoin de les comprendre, profitez des meilleurs conseils pratiques.

Qu’est-ce que la surpêche ?

Lorsqu’on surpêche pour les stocks de poissons disponibles, la surpêche se produit et on risque l’effondrement d’une population après l’autre. Les exemples les plus connus sont certains stocks d’albacore, dont la plupart sont surexploités, ou la morue de Terre-Neuve pêchée pendant cinq siècles avant que leur nombre ne soit considérablement réduit en raison de la « surpêche » à la fin du 20 ème siècle. Depuis 1992, la population de morue ne s’est pas rétablie. Sa pêche est interdite depuis 20 ans, mais rien n’y fait : le cabillaud est pêché jusqu’à ce que la population s’effondre et perde sa place dans l’écosystème. Cela revient à dire que lorsque la pêche durable correspond à des dépenses d’intérêt, les dépenses en capital disparaîtront jusqu’à ce qu’elles disparaissent. Une anomalie, car une fois le capital disparu, il n’y a plus besoin de payer d’intérêts. Depuis plus de 20 ans, les prises mondiales de poisson stagnent à environ 100 millions de tonnes par an. Cependant, le nombre de navires augmente et leur puissance augmente également. Il n’y a qu’une explication : la surpêche s’accélère et les océans se vident. La technologie moderne, les équipements électroniques et les moyens satellitaires ne laissent aucune chance aux poissons.

Qui pratique la surpêche ?

Contrairement à ce que les gens pensent, la surpêche peut être une activité très légale. En conscience, il a été autorisé par l’Organisation internationale de gestion des pêches. Hier dans les eaux des pays riches, aujourd’hui dans les eaux des pays en développement, c’est la joie de la pêche industrielle. La surpêche a pillé les précieuses ressources de ces pays. Pour des centaines de millions de personnes, les fruits de mer sont la seule source de protéines animales. La surpêche affecte l’équilibre économique et social local. Les premiers touchés sont les plus pauvres, surtout les femmes, surtout en Afrique de l’Ouest (comme la Mauritanie et le Sénégal), où 1 % des bateaux réalisent 50 % de leurs captures. Si peu de gens peuvent causer de grands dommages. À noter que la pêche pirate comprend l’utilisation de techniques de pêche interdites, le prélèvement d’espèces protégées, la pêche dans des zones non autorisées ou en dehors des délais légaux. C’est aussi une forme de surpêche dans les océans.

Pratiquez l’aquaculture marine intense

Dans le cadre de la lutte contre la surpêche, le label MSC agit sur trois principes de base, tels que des stocks de poissons durables, la minimisation de l’impact environnemental ou la biodiversité et une gestion efficace des pêcheries. La pratique de la mariculture permet de réaliser ces trois principes de base du label MSC, car elle permet de découvrir de nouvelles populations de poissons. Cela peut facilement répondre à l’augmentation de la consommation de fruits de mer. Pour cette raison, vous devez installer une écloserie dans l’étang de grossissement selon le modèle de mariculture moderne. Vous pouvez mettre en place une écloserie spécifiquement pour l’insémination artificielle de poissons, crustacés ou mollusques. Vous devez en savoir suffisamment sur leur système reproducteur, car ces espèces sont généralement triploïdes. Vous prendrez toutes les mesures nécessaires en fonction de la vulnérabilité de ses œufs et de ses petits. Vous devez également leur fournir une nourriture adéquate. Ces populations marines ont besoin d’une nourriture abondante et diversifiée. Lors de la reproduction, son alimentation peut changer d’un stade à l’autre. Il faut aussi des coraux marins, car un quart de ces populations marines en dépendent. Par conséquent, on peut même créer une ferme aquacole pour élever certains des fruits de mer les plus nécessaires sur le marché afin d’éviter la pollution.

Renforcez les stratégies de lutte contre les pêches illégales

Le renforcement de la stratégie de lutte contre la pêche illégale est aussi un meilleur moyen de lutter efficacement contre la surpêche sous le label MSC. La multiplication des contrôles est un bon moyen d’atteindre cet objectif. Par conséquent, il est nécessaire d’assurer le contrôle des outils de pêche et d’interdire l’utilisation d’outils qui endommagent le milieu aquatique. C’est le cas de la pêche à la dynamite, la pêche au cyanure et la pêche au Muroami. Il est également nécessaire de contrôler la largeur et la profondeur maximale du filet de pêche, afin d’éviter la pollution ne pas rendre le filet trop profond et de déstabiliser les coraux marins et la biodiversité. Dans ce cas, la mise en place d’un système d’autorisation peut aider le secteur maritime à le contrôler. Ainsi, pour pouvoir protéger spécifiquement certaines espèces marines, comme le thon rouge et certains prédateurs, il faut qu’il y ait des captures autorisées et non autorisées dans les océans. Il est également nécessaire d’établir un système de classification ou de classement parmi les produits de la mer. Cependant, la plupart des poissons capturés rejetés survivent difficilement. Aujourd’hui, à l’échelle mondiale, 80 % des stocks de poissons commerciaux sont soit surexploités, soit pleinement exploités.

Qu’est-ce que la transition écologique ?
Pourquoi faut-il opter pour des sources d’énergies renouvelables ?